Préparez votre retraite grâce au Perp

Par Investisseur Privé, Le Particulier,

Pour compenser la baisse de revenus que vous subirez lorsque vous prendrez votre retraite, vous pouvez souscrire un Plan d’épargne retraite populaire (Perp). Vous profiterez ainsi d’un revenu complémentaire à vie le moment venu.

 

Un placement ouvert à tous

Le Perp est un produit d’épargne qui permet de se constituer une retraite à titre individuel. Tout personne majeure résidant en France peut en ouvrir un. Peu importe que vous soyez salarié, commerçant, libéral ou sans emploi. La seule contrainte est que n’ayez pas atteint l’âge limite fixée par la banque ou l’assureur, compris généralement entre 65 et 75 ans.

Après un premier versement à la souscription, vous pouvez alimenter votre plan par des versements libres ou programmés, en fonction de votre capacité d’épargne. Le Perp ne comporte aucune durée minimum, aucune obligation annuelle de versements et aucun plafond d’épargne. Vous pouvez en ouvrir plusieurs auprès de différents établissements financiers, histoire de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier !

Une épargne sécurisée dans la durée

Comme sur une assurance-vie, l’épargne placée sur un Perp est investie dans des fonds en euros sécurisés ou des fonds en Unités de Compte plus risqués. Vous pouvez gérer vous-même l’épargne placée ou déléguer cette tâche à l’établissement financier. Votre capital et les intérêts produits seront alors progressivement dirigés vers les supports sécurisés du contrat, à mesure que l’âge de votre retraite approchera.

Le Perp est un « produit tunnel ». L’argent placé sera bloqué jusqu’à votre départ en retraite. Vous ne pourrez pas le récupérer avant, sauf cas particuliers (invalidité, décès du conjoint, fin des droits au chômage, surendettement ou liquidation judiciaire). Il est donc préférable d’attendre 45 ou 50 ans avant d’en ouvrir un.

Un revenu complémentaire à vie

À l’heure de la retraite, l’épargne accumulée sur votre Perp sera récupérable sous forme de rente viagère. Si vous avez opté pour une rente à « annuités garanties » ou réversible, vous assurerez aussi un revenu complémentaire à votre conjoint ou à vos enfants à votre décès. Par ailleurs, vous pourrez opter pour une récupération en capital à hauteur de 20% et en rente à 80%. Vous disposerez ainsi d’un petit capital pour faire face au supplément d’impôts à payer sur vos indemnités de départ en retraite. Enfin, si vous n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale, vous pourrez liquider votre Perp intégralement en capital pour en acheter une. Dès lors, la rente perçue à la sortie sera imposable comme une pension de retraite. Le capital également, mais vous pourrez opter pour son imposition forfaitaire à 7,5%.

Une fiscalité avantageuse pour les « gros » contribuables

Pendant la phase d’épargne, les versements effectués sur le Perp sont déductibles de vos revenus dans certaines limites. Vous réalisez ainsi des économies d’impôt proportionnelles à votre taux marginal d’imposition. Plus il est élevé, plus vous réduisez vos impôts. Cet avantage fiscal est d’autant plus apprécié par les contribuables lourdement imposés que l’économie d’impôt liée aux versements faits sur un Perp n’est pas prise en compte dans le plafonnement global des niches fiscales.

Exemple

Thibault et Nikita ont 50 ans, ont un enfant, détiennent un patrimoine de 120 000 € et souhaitent préparer leur retraite.

Suite à la crise financière de 2008, ils sont devenus averses au risque et se tournent donc vers un PERP IP Prudence. Ils y placent 50 000 € et décident en plus d’y verser 350 € par mois. A l’âge légal de leur départ à la retraite, soit après 12 ans de versement, leur contrat vaut 173 466 €[1].

Selon la réglementation du PERP, ils peuvent alors sortir en capital à hauteur de 20% (34 693 €). Ils toucheront donc 26 385 €[2] une fois les prélèvements sociaux et les impôts comptés, tout en ayant bénéficié de déductions fiscales à hauteur de leurs cotisations pendant toute leur durée. Ils toucheront le reste de leur placement sous forme de rente viagère avec un choix de clauses (réversion vers le conjoint en cas de décès, etc.).

 


[1] Chiffre donné à titre d’exemple avec un profil de risque prudent. La performance annualisée attendue de la sélection PERP IP Prudence étant de 2,94%.

[2] Ils choisissent le prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5% sur 90% de la somme totale (2 341 €) et payent 5 967 € de prélèvements sociaux.